Infos actualités
> Actualités professionnelles
  Réseau de dépositaires
> Présentation
  Métier
> Documents métier
> Management
  Juridique
> Presse
> Social
  Support d'information
> La Tribune du Réseau Presse
  Evènements
> Trophées du Réseau Presse
> Prix Maison de la Presse
  Espace diffuseurs
> Q/R juridiques
> Modèles de lettres
> Aide à la modernisation
> Merchandising

  Accueil Où nous trouver ?
Rechercher 
 
Infos actualités > Actualités professionnelles
  Actualités PMP  Présentation PMP  l  Déroulement PMP  l  Jury PMP l Historique PMP  l Photos PMP  
 
 
 

Interview de Katherine Pancol présidente du Prix Maison de la Presse 2015

C'est la nouvelle la plus chaleureuse du printemps : Katherine Pancol présidera le 45ème Prix Maison de la Presse. Symbole de la littérature conviviale, ce prix ne faillira pas à sa réputation : Katherine Pancol défendra le ou la nominée, en souvenir d’un mois de mai 2006 où « Les yeux jaunes des Crocodiles » lui avait fait verser quelques larmes … de joie.

 

La Tribune du Réseau Presse : Vous êtes une femme de presse et une romancière, quelle lectrice êtes-vous ?
Katherine Pancol : Je lis depuis que j’ai 5 ans et demi ! Mon premier livre s’appelait “Sans famille” d’Hector Malot. Et depuis… je “mange” les livres. Je vis dans un océan de livres. J’ai la même addiction que certaines personnes qui furètent dans les pâtisseries. Quand j’aime un auteur, je lis tout ce qu’il a écrit et suis capable de traverser une ville pour me procurer un titre que je n’ai pas.

TRP : Comment abordez-vous la présidence du Prix Maison de la Presse ?
Katherine Pancol : C’est un enchantement et un honneur. J’ai reçu ce prix pour “Les Yeux jaunes des Crocodiles” et j’en ai été très fière. Je suis ravie de succéder à Philippe Labro, François Busnel, Franz-Olivier Giesbert, Christophe Barbier ou encore Valérie Toranian.

TRP : Vous avez été couronnée par le Prix Maison de la Presse pour "Les yeux jaunes des Crocodiles", quel souvenir en gardez-vous ?
Katherine Pancol : On avait fait une grande fête. Il faisait chaud… J’avais troussé un discours que je voulais drôle et décontracté pour cacher mon émotion !

TRP : Comment définiriez-vous ce prix ? Quel conseil donneriez-vous au prochain(e) lauréat(e) ?
Katherine Pancol : Les livres décorés du Prix Maison de la Presse sont des livres qui unissent à une qualité littéraire évidente une lisibilité affirmée. Ce sont des livres qui entraînent l’adhésion des lecteurs. J’ajouterai que plusieurs des lauréats sont pour moi des amis très proches et parfois intimes. Je lui dirai qu’il va éprouver un frisson chaque fois qu’il poussera la porte d’une Maison de la Presse que ce soit à Menton, Charenton ou Sisteron ! Partout son livre sera exposé, en bonne place, et il verra les piles diminuer, diminuer, diminuer…

TRP : Que pensez-vous du rapprochement qui s'opère entre les journaux et les livres au sein des Maisons de la Presse ?
Katherine Pancol : Cela permet au livre d’être à la place qu’il mérite : à la portée de tous. Le livre n’est plus un objet intimidant. Au contraire, il devient un objet alléchant, attirant… Je suis une défenseuse des liens entre les livres et la presse. J’ai consacré la moitié de ma vie au journalisme et la moitié à la littérature. La presse est aujourd’hui dans une situation difficile. Les livres qui ont bien résisté à la crise jusqu’à ces derniers mois sont eux-mêmes menacés par des techniques nouvelles et notamment par l’e-book. Il est très utile que presse et livres se prêtent une assistance mutuelle. Les Maisons de la Presse sont le lieu idéal pour ce combat commun.

 

 

 

 

 

 

> Retour à la liste des articles

 

 
 
 
   Nouveau numéro
 
   En savoir plus